Announcement

Collapse
No announcement yet.

..Science et Medecine.

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #46




    0 Un océan gigantesque découvert à 640 km sous la surface de la Terre

    POSTED ON 15 JANVIER 2015 BY SANDRA VERINGA

    Un océan gigantesque découvert à 640 km sous la surface de la Terre

    Des chercheurs ont fait une trouvaille stupéfiante. Retrouvé sous une couche de roches à plus de 640 kilomètres sous la surface de la Terre, un réservoir qui contient 3 fois plus d’eau que tous les océans réunis. ESM vous explique tout sur cette découverte époustouflante qui pourrait permettre aux scientifiques d’en savoir plus sur l’origine de l’eau sur Terre.


    Un océan gigantesque à 640 km sous la surface de la Terre




    Des scientifiques travaillant à l’université Northwestern, aux Etats-Unis, ont apporté les preuves qu’il existait une immense quantité d’eau sous terre. Ce réservoir est emprisonné dans une cavité composée d’une roche sous haute pression nommée ringwoodite. Grâce à cette découverte, les chercheurs espèrent expliquer comment les océans se sont formés sur notre planète.
    L’équipe, dirigée par le minéralogiste Steven Jacobsen, a utilisé un ensemble de 2000 sismographes pour étudier la façon dont les ondes sismiques générées par les tremblements de terre bougeaient à travers l’intérieur de la Terre. La vitesse de ces vagues a changé en fonction des roches à travers lesquelles elles passent, et la ringwoodite mouillée a un effet particulier sur ces ondes. Steven a reproduit la même expérience dans son laboratoire et est arrivé à cette conclusion édifiante : la ringwoodite, lorsqu’elle est maintenue sous une extrême chaleur et pression, comme dans le manteau terrestre, « transpire de l’eau ». Celle-ci serait ensuite piégée dans une zone de transition, entre 320 et 640 kilomètres de profondeur.
    Et si l’eau sur Terre provenait d’un gigantesque réservoir souterrain ? C’est en tout cas ce que pense l’équipe de chercheurs, après avoir découvert cet océan. Les scientifiques espèrent d’ailleurs que cela leur permettra de mieux comprendre le cycle de l’eau sur Terre mais aussi comment la tectonique des plaques déplace l’eau entre la surface et ce réservoir. Ce mystérieux réservoir est en réalité dissimulé au cœur d’une roche bleue, connue sous le nom de ringwoodite, à 700 km de profondeur dans le manteau terrestre, c’est-à-dire la couche de roches brûlantes située entre la surface de la Terre et son noyau. La taille impressionnante du réservoir, trois fois le volume des océans de la planète, pourrait permettre d’en savoir un peu plus sur l’origine de l’eau sur Terre.


    Un océan gigantesque à 640 km sous la surface de la Terre


    En effet, certains géologues estiment que l’eau est arrivée sur Terre suite à l’impact de comètes. Mais cette découverte vient plutôt apporter du crédit à une autre théorie selon laquelle les océans ont progressivement suinté de l’intérieur de la Terre. « C’est une preuve tangible que l’eau sur Terre est venue de l’intérieur », estime Steven Jacobsen, de la Northwestern University dans l’Illinois, et auteur principal de l’étude. Selon lui, cette eau cachée pourrait également servir à maintenir les océans, en restant d’une certaine manière connectée à eux. Cela expliquerait ainsi pourquoi leur taille n’a pratiquement pas changé depuis des millions d’années.





    Le parcours des ondes sismiques révèle la présence d’eau. L’équipe de Steven Jacobsen a utilisé pas moins de 2 000 sismographes à travers les États-Unis afin d’étudier les ondes sismiques générées par plus de 500 tremblements de terre. Ces ondes se déplacent à l’intérieur de la Terre, y compris dans le noyau. Toutefois, elles peuvent être largement détectées à la surface. « Après un séisme, les ondes font sonner la Terre comme une cloche pendant plusieurs jours », précise Steven Jacobsen, repris par le New Scientist. En mesurant la vitesse de ces ondes, en fonction de la profondeur, les chercheurs ont pu déterminer quel type de roches elles traversaient.
    Le réservoir d’eau s’est ainsi révélé de lui-même, car les ondes ont ralenti lorsqu’elles ont traversé la roche humide. Au préalable, Steven Jacobsen avait déterminé ce qui se passerait si des ringwoodites contenant de l’eau se mettaient en travers des ondes sismiques. Pour cela, il a développé des ringwoodites synthétiques dans son laboratoire avant de les exposer à des pressions et des températures élevées, similaires à celles du manteau, à 700 km de profondeur. « Cela nous indique que s’il y a des ringwoodites humides similaires dans la zone de transition, nous nous attendons à ce qu’elles produisent un liquide. Et puisque les liquides transforment la façon dont les ondes sismiques se propagent, c’est une cible que je peux viser avec un sismographe », explique à LiveScience Brandon Schmandt, sismologue à l’Université du Nouveau-Mexique et co-auteur.
    Résultat, les scientifiques ont rapidement trouvé des signes de ringwoodites dans la zone de transition entre le manteau supérieur et le manteau inférieur. À cette profondeur, la pression et la température sont assez élevées pour extraire l’eau des roches. « C’est une couche de roche avec de l’eau le long des arêtes entre les grains, un peu comme si elles transpiraient », détaille le chercheur. Un réservoir bénéfique Ces découvertes des deux chercheurs viennent soutenir une étude récente menée par Graham Pearson, de l’Université d’Alberta. Le scientifique avait pu étudier un diamant provenant de la zone de transition et amené jusqu’à la surface grâce à un volcan.

    La suite des recherches veut prouver que les océans ont bien une origine souterraine. D’autres tests seront néanmoins nécessaires pour avancer dans ce sens. L’équipe de Steven n’a pour l’instant été capable que de confirmer que le réservoir se trouvait sous les Etats-Unis mais il est difficile de déterminer jusqu’où il s’étend. Toujours est-il qu’il est immense, c’est certain.
    Il avait ainsi découvert qu’il contenait des ringwoodites porteuses d’eau. Ses résultats constituaient la première preuve réelle qu’un large volume d’eau était dissimulé dans la zone de transition. « Nous devrions nous réjouir de la présence de ce réservoir. S’il n’était pas là, il serait à la surface de la Terre et les sommets des montagnes constitueraient la seule terre visible« , explique Steven Jacobsen. « La zone de transition peut contenir beaucoup d’eau, peut-être le même volume que l’ensemble des océans de la planète », affirme Brandon Schmandt. « Cette étude apporte un soutien expérimental au rôle important que joue la zone de transition dans le contrôle du flux d’hydrogène sur Terre », ajoute Graham Pearson. L’équipe de chercheurs espère désormais pouvoir récolter d’autres données sismiques à travers le globe pour déterminer si la fonte du manteau est commune ou non. Les résultats devraient également aider les scientifiques à comprendre le cycle de l’eau sur Terre. « L’eau de la surface que nous possédons actuellement provient du dégazage de l’eau des roches fondues. Quel volume d’eau est toujours présent à l’intérieur de la Terre par rapport à la surface ? », s’interroge Brandon Schmandt.
    Last edited by Kat; 05-11-2017, 03:26 PM.

    Comment


    • #47
      La Nasa prédit la fin de notre civilisation : une catastrophe (difficilement) évitable

      Publié le 19-03-2014 à 15h19 - Modifié le 12-08-2014 à 15h52 105 réactions | 1691209 lu




      LE PLUS. Notre civilisation serait condamnée à disparaître. Non, vous n'êtes pas dans un film de science-fiction, c'est la Nasa elle-même qui l'annonce, via une étude qu'elle a financée. Des chercheurs ont ainsi montré que plusieurs critères pourraient entraîner la disparition de notre civilisation d'ici une quinzaine d'années. Doit-on craindre ce scénario ? Décryptage de notre contributeur, passionné de sciences et d'histoire.

      Édité par Rozenn Le Carboulec Auteur parrainé par Benoît Raphaël


      L'Espagne et le Portugal pris en photo depuis la Station spatiale internationale le 12/03/14 (CB2/ZOB/SIPA)
      Les civilisations vont et viennent, l'histoire en est la preuve. L'empire romain, les Han de Chine, Sumer, Babylone, l'Égypte des pharaons et bien d'autres encore, ont disparu. Les causes en sont multiples, certes, mais il est peut-être possible d'en prévoir quelques-unes.

      Celle que nous connaissons va-t-elle s'effondrer dans les toutes prochaines décennies? C'est ce qui ressortirait d'une étude menée par une équipe multidisciplinaire, basée sur des travaux de mathématiques appliquées aux sciences humaines, financée par la Nasa, et dont le contenu vient d'être révélé par le site du "Guardian".

      Plusieurs facteurs à l'origine du déclin des grandes civilisations

      En étudiant les cas précédents, l'équipe menée par le mathématicien Safa Motesharrei a identifié les facteurs à l'origine du déclin des grandes civilisations : la population, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie. La chute surviendrait lorsque ces facteurs convergent pour provoquer deux éléments cruciaux :

      - la réduction des ressources due à la pression mise sur la capacité de charge écologique (la taille maximale de population qu'un milieu peut supporter). Traduction : trop de monde sur Terre par rapport aux ressources disponibles (nourriture, eau, matières premières nécessaires pour maintenir la civilisation...)

      - la stratification de la société entre élites (riches) et masses (pauvres). Ce phénomène aurait joué un rôle central dans la chute dans tous les exemples étudiés sur les derniers 5000 ans. Traduction : un trop grand fossé entre ceux qui contrôlent les richesses et les autres. Cela désigne également le clivage entre pays riches et pays pauvres.

      Distribution des ressources et consommation d'énergie

      Les chercheurs ont modélisé différents scénarios, qui mettent en avant que les élites (qui ont le monopole des richesses) sont protégées plus longtemps que les gens du commun des désastres environnementaux, et qu'elles sont donc tentées de continuer à vivre comme si de rien était, en dépit des catastrophes prévisibles. Traduction : dans notre cas, cela pourrait signifier par exemple le refus d'admettre la réalité du changement climatique et de prendre les mesures nécessaires avant qu'il ne soit trop tard...

      Même s'ils l'estiment "difficile à éviter", ils semblent penser que la catastrophe n'est pas totalement inévitable, à condition de prendre les mesures structurelles nécessaires pour cela...

      Les deux solutions-clé étant d'assurer une distribution des ressources plus équitable, et de réduire drastiquement la consommation d'énergie en se basant sur des ressources renouvelables... en réduisant la croissance de la population. Tout cela nous mènerait alors peut-être à une civilisation plus stable.

      Des sacrifices nécessaire à la survie de notre civilisation

      Alors, on fait quoi ?

      Ce n'est pas la première fois que les inégalités Nord-Sud, l'exploitation à outrance de ressources non renouvelables et la surpopulation sont pointées du doigt. La nouveauté, ici, c'est qu'un modèle mathématique les a décrites comme des causes très probables de la chute de la civilisation actuelle.

      C'est un peu comme pour le changement climatique. Il y a ceux qui mettent en avant les chiffres et le temps, et d'autres qui expliquent par A plus B qu'il n'existe pas. Et ceux qui se foutent du résultat, et ne veulent tout simplement pas changer.

      De plus, toute société a ses propres mécanismes de défense et son inertie : ceux qui bénéficient de la situation sont ceux qui ont le contrôle, et donc ceux qui pourraient éventuellement changer les choses de manière "souple".

      La question que l'on pourrait tous se poser serait de savoir quels sacrifices nous serions individuellement et collectivement prêts à faire pour que ce changement survienne s'il s'avérait nécessaire à la survie de cette civilisation...



      Mise à jour : Au lendemain de la publication initiale de ce billet, le 20 mars 2014, la Nasa a publié un communiqué pour prendre quelques distances vis-à-vis de l'étude. Si elle finance effectivement les outils qui ont été utilisés, elle n'est pas son commanditaire, et n'a pas revu les résultats qui sont sous la seule responsabilité des auteurs, tient-elle à préciser. Elle ne remet pas en question l'étude, simplement elle nous dit qu'elle n'a rien à voir là-dedans... à part avoir financé un programme de recherche qui a été utilisé pour l'étude.

      Et dans un article très développé publié le 22 mars, The Guardian explique l'implication exacte de la Nasa dans l'étude. L'auteur de l'article détaille le financement de la Nasa au projet, et parle même d'un petit coup de main donné par l'agence spatiale américaine aux chercheurs pour leur modélisation de la planète. D'autre part, il insiste sur le fait qu'il s'agit d'une étude scientifique.

      Que la Nasa s'en approprie ou non les conclusions ne change rien à ce fait et à la validité de ses résultats...




      Comment


      • #48
        Russian Prime Minister Confirms The Existence Of Intelligent Extraterrestrial Life

        MAY 21, 2014 / 175519 VIEWS



        Russia’s Prime Minister Dmitry Medvedev recently confirmed the existence of intelligent extraterrestrial life in a short interview away from network cameras after an appearance on Russian television. This is extremely significant, as it is a rare occasion when a current serving Prime Minister of a any nation has come forward to share the truth. Keep in mind that Medvedev also served as President of Russia from 2008 to 2012.
        Collective Evolution has had this interview translated by multiple sources and can verify it’s credibility with regards to translation. Both of our translations are Russian.
        “I tell you the first and last time. Together with a nuclear suitcase the president has a folder, which is top secret and devoted entirely to the report by the Russian secret service which handles the control of extraterrestrials in our country. After the term, the two folders and a small nuclear suitcase are transferred to the new president. How many of them are among us I cannot say because panic might begin.”
        He also refers to a Russian documentary if you are interested in the subject titled “The Men in Black.” He is not referring to the hollywood film.

        WHAT CAN WE CONCLUDE FROM THESE STATEMENTS?

        Prime Minister Medvedev made many interesting remarks, one of them being the fact that the president receives classified information on extraterrestrials visiting the planet at the beginning of his term. From this we can conclude that those responsible and dealing with this subject is not the president or the prime minister. They simply receive a briefing from the countries “secret service.” Interestingly, Medvedev was President from 2008 – 2012, prior to Medvedev, the president was Vladimir Putin from 2000-2008, as well as the prime minister from 2008-20012. So he has been in the ‘know’ for quite some time. It’s more likely that the heads of major ‘secret service’ groups who have entire careers at agencies are privy to more information than a president who serves a much shorter term.

        The same has been the case in the United States, with the very first public disclosure of a Untied States “black budget” program by Edward Snowden, credibility to other high ranking individuals within the ‘power structure’ has further increased. Former National Minister of Defence for Canada, Paul Hellyer alluded to trillions of dollars going into black budget projects in which congress and the president are deliberately kept in the dark. The secret seems to be exploding out even more as we head towards 2014.
        In my opinion it’s important to note that these statements come after thousands and thousands of UFO files and documentation have been released by dozens of governments world wide, including the Russian Navy and agencies like the NSA. Here is one example of one from the NSA, other examples include much more detailed information. The evidence is widely available for those who are interested in pursuing it. Not too long ago, we presented a list of 12 Government Documents, out of thousands, that take UFOs seriously.
        Another interesting comment was the fact that Prime Minister Medvedev alluded to the fact that they receive a nuclear suitcase. There is a lot of evidence that shows how UFOs have been deactivating Nuclear Missiles around the world for a number of years.
        Last but not least, he states that a reason for secrecy is the fact that it might spread panic. I can understand that there are those who have kept the secrecy behind UFOs and extraterrestrials because they did not want to panic the population. On the other hand, there is a lot more that could go into the reasoning behind the secrecy of UFOs. Some of these concerns include technological implications, reasons for visitation, and opening humanity up to new concepts that threaten our current ‘power structure’ or paradigm of reality here on Earth. It has financial and economical implications that threaten those who profit off of the current existing paradigm.
        Since I began this article with a statement from someone who many people pay attention to in the political world, I will end it with another who many paid attention to in the “academic world.”

        At the end of the day your truth is within, what does your heart and soul tell you? I understand the importance of writing about this subject in a way that can reach many. At the same time, we have to move past labels that give people “credibility” and think for ourselves. All of the answers are inside of you, the only problem is that we’ve been programmed for so long that we’ve forgotten how to listen to what our intuition is saying -our heart, our soul. Our minds have been so busy accomplishing the “set out requirements to live a good life” that we have not learned how to get in touch with the real truth within.
        A time for change has arrived, alongside our time for choice. Planet Earth is going through quite a transition, and I believe that may have something to do with some of the visitors that have been coming to the planet at this time.
        Here is another great video of a speech given by Richard Dolan in front of several former members of the United States Congress.

        Comment


        • #49

          Mauvaise nouvelle pour la planète: le Totten a commencé à fondre

          Publié le 26 janvier 2015 à 10h23

          Le plus grand glacier de l'Antarctique oriental, dont la disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du niveau des mers, est en train de fondre à cause du réchauffement de l'océan, ont déclaré lundi des scientifiques australiens.

          Le glacier Totten, qui fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de large, était jusque-là considéré comme étant situé dans une zone épargnée par les courants chauds, où la glace est donc très stable et peu sujette aux variations.
          De retour d'une expédition sur place, des scientifiques australiens ont cependant indiqué que l'eau autour du glacier s'était avérée plus chaude qu'attendue et que le glacier risquait de fondre par en dessous. "Nous savions grâce à des données satellitaires que le glacier perdait de l'épaisseur mais nous ignorions pourquoi", a déclaré à l'AFP Steve Rintoul, chef de l'expédition.
          La température des eaux autour du glacier étaient environ 1,5 degré plus élevée que dans d'autres zones explorées à l'occasion de ce séjour dans l'Antarctique pendant l'été austral, a-t-il ajouté. "Le fait que des eaux chaudes puissent atteindre ce glacier témoigne que l'Est Antarctique est potentiellement plus vulnérable à l'impact du réchauffement global qu'on ne le pensait jusqu'alors".
          Le glacier Totten ne va pas fondre du jour au lendemain et provoquer une montée brutale du niveau des mers, a dit le chercheur. Mais il a souligné que cette découverte était importante pour mieux cerner l'impact du changement de la température de l'océan sur la couverture glaciaire.



          Comment


          • #50
            Découverte d’une chenille qui mange du plastique

            Publié par : Jacqueline Charpentier Date: 25 avril 2017Heure : 1:00 dans Science2 commentaires

            Mot-clés:Biodégradation, Chenille (lépidoptère), Emballage alimentaire, Galleria mellonella,Larve, Lepidoptera, Matière plastique, Polyéthylène, ver, ver de cire



            Une chercheuse a fait une découverte intéressante. Le ver de cire(Galleria mellonella) est capable de manger du polyéthylène, un plastique très résistant à la biodégradation.






            Une chercheuse au Conseil national de recherches espagnol (CSIC), Federica Bertocchini, a découvert que les vers de cire (Galleria mellonella), qui se nourrissent généralement de miel et de cire des abeilles, sont capables de dégrader le plastique. Ce ver est capable de biodégrader le polyéthylène, l’un des matériaux plastiques les plus résistants à la biodégradation, et qui servent à faire des sacs à provisions et des emballages alimentaires. La découverte a été brevetée par les chercheurs. Les travaux seront publiés dans la revue Current Biology.


            Une mangeuse de plastique très efficace

            Chaque année, environ 80 millions de tonnes de polyéthylène, un matériau extrêmement résistant et difficile à dégrader, sont fabriqués à travers le monde. Par exemple, les sacs enplastique de polyéthylène en basse densité nécessitent environ 100 ans pour se décomposer complètement tandis que les plus résistants nécessitent plus de 400 ans. Chaque année, une personne utilise en moyenne plus de 230 sacs en plastique générant plus de 100 000 tonnes de déchets plastiques.

            Actuellement, on a des processus de dégradation chimique très longs qui nécessitent l’utilisation de liquides corrosifs tels que l’acide nitrique, mais le problème est que ce processus peut prendre plusieurs mois. C’est très intéressant que cette équipe ait trouvé une solution naturelle qui s’est révélée capable de dégrader ce type de plastique. Le
            plastique est un problème mondial. Aujourd’hui, on trouve des déchets absolument partout incluant dans les rivières et les océans. Notons qu’on a également une bactérie qui est connue pour manger du plastique.

            Nous avons effectué de nombreuses expériences pour tester l’efficacité de ces vers dans la biodégradation du polyéthylène. 100 vers de cire sont capables de biodégrader 92 milligrammes de polyéthylène en 12 heures ce qui est très rapide selonBertocchini. Après la phase larvaire, le ver s’enveloppe dans un cocon ou une chrysalide blanchâtre. Les chercheurs ont également découvert que le plastique se biodégrade en étant simplement en contact avec le cocon.

            La composition de la cire d’abeille est semblable à celle du polyéthylène. Selon les chercheurs, c’est peut-être la raison pour laquelle le ver a développé un mécanisme pour éliminer ce type de plastique. Nous ne connaissons encore pas les détails de cette biodégradation, mais il est possible qu’une enzyme en soit responsable. La prochaine étape consiste à détecter, isoler et produire cette enzyme in vitro à l’échelle industrielle. De cette manière, nous pourrons commencer à éliminer rapidement ce matériau qui est très résistant à la biodégradation.
            Une découverte par sérendipité

            La scientifique, qui est également une apicultrice amatrice, a découvert par hasard cette caractéristique des vers de cire. Un jour, elle a découvert que les panneaux en nid d’abeilles stockés dans sa maison étaient couverts de vers qui se nourrissaient du miel et de la cire de ses abeilles.

            Zoom sur le ver de cire pendant qu’il mange du plastique – Crédit : Paolo Bombelli

            J’ai enlevé les vers et je les ai mis dans un sac en plastique pendant que j’ai nettoyé les panneaux. Après avoir fini, je suis retourné dans la pièce et j’ai constaté qu’ils étaient partout. Ils s’étaient échappés du sac alors que ce dernier était fermé et j’ai vu que le sac était plein de trous. Il n’y avait qu’une seule explication : les vers avaient fait les trous et ils s’étaient échappés.
            Le ver de cire

            Le ver de cire, également connu sous le nom de ver miel, est un insecte lépidoptère qui peut atteindre 3 centimètres de longueur dans sa phase larvaire et on peut le trouver n’importe où dans le monde. Ces vers se nourrissent de miel et de cire dans des ruches où ils trouvent également une température appropriée pour leur développement.

            Les larves de ver de cire ont une espérance de vie comprise entre 6 et 7 semaines à une température optimale de 28 à 34 degrés Celsius pour une croissance optimale. Les larves produisent de la soie et elles font un cocon dans lequel elles subiront leur dernière métamorphose qui est leur transformation en papillon des ruches.

            Comment


            • #51
              This Fruit Will Cure Insomnia And Boost Brain Function In Minutes


              This Fruit Will Cure Insomnia And Boost Brain Function In Minutes
              Are you familiar with the fruit known as quenepa? If you are not, you are not the only one. What you need to know about this incredible fruit is that it can provide numerous health benefits to your body. The quenepa fruit is also well-known as Spanish lime.


              This fruit is able to boost the brain performance and to cure insomnia in no time.
              The Amazing Quenepa fruit
              This fruit is normally found in the coast and dry forest of the Caribbean and Central America.

              However, quenepa originates from the northern parts of South America. Quenepa has sweet and sour flavor and people usually like to consume it with a pinch of salt, lime, and chilly.
              Experts claim that quenepa fruit is a combination of lime and lychee. This fruit is characterized by a hard shell and firm and delicate flesh. In the

              USA this fruit is known as Spanish lime since it is similar to this fruit which also has orange or yellow color. The jelly-like, sift and leathery texture of this fruit and its colorful aril with its pulp around the seeds make it pretty interesting.
              Nutrients inside Quenepa

              Quenepa fruit is rich in numerous nutrients, including:
              – Thiamine
              – Protein
              – Iron
              – Calcium

              – Carotene
              – Fiber
              – Amino acids
              – Minerals
              – Tannins

              – Vitamins B1, B3, B6, and B 12
              – Riboflavin
              – Vitamin C
              – Tryptophan
              – Unsaturated fatty acids (linoleic and oleic)
              – Niacin
              Quenepa, or Spanish lime is a very efficient remedy against high cholesterol and chronic constipation, thanks to its high fiber content. It is also abundant in vitamin A, and thus prevents urinary tract stones formation and boosts the immune system. This fruit is also rich in minerals, including calcium, an essential mineral that strengthens the bones and the teeth. This fruit is also highly efficient against cancer and free radicals in the body, thanks to its powerful antioxidant properties.
              Sponsored Links

              The presence of phosphorus in quenepa makes this fruit beneficial when it comes to balancing the hormones in the body and improving the digestion. It is also highly beneficial when it comes to resolving asthmatic problems and reducing the blood pressure.
              According to experts, quenepa is able to boost the immune system and thus prevent cardiovascular diseases. This is due to the presence of phenolic compounds. As you see, quenepa can provide numerous health benefits to your body. It may not be so popular or wide known, but there are numerous people all over the world who still consider this fruit to be the best natural remedy for a number of health issues and diseases.

              Amazing health benefits of quenepa
              – Prevents flu and bronchitis
              – Prevents and treats kidney problems
              – Helps with constipation
              – Reduces the levels of cholesterol and triglycerides in the blood
              – Eliminates parasites
              – Improves the function of the reproductive system
              – Prevents anemia by increasing the production of red blood cells
              – Helps against urinary infections
              – Helps against lung infections
              – Boosts the immunity and prevents the buildup of bacteria in the body
              – Treats gum infections
              – Treats skin issues

              Quenepa is efficient when it comes to treating diarrhea as well. To this end, you would need to make a mixture from roasted quenepa seeds and some honey and consume this mixture.
              This exotic fruit offers numerous health benefits, which means that you can begin adding it into your everyday diet.

              Don’t Forget To Share With Your Friends And Family On Facebook, As You Might Help Someone In Need!

              Source

              Comment


              • #52
                Advil, Motrin et autres antidouleurs: risques de crise cardiaque dès la 1re semaine d'utilisation
                Les résultats d'une méta-analyse dirigée par l'Université de... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)


                Les résultats d'une méta-analyse dirigée par l'Université de Montréal montrent que tous les anti-inflammatoires étudiés, notamment l'ibuprofène (Advil, Motrin), font augmenter le risque de crise cardiaque, dès leur première semaine d'utilisation.



                Plusieurs médicaments fréquemment consommés, dont l'ibuprofène (Advil, Motrin) et la naproxène (Aleve), augmentent le risque de crise cardiaque dès leur première semaine d'utilisation, selon une nouvelle étude québécoise. Mais attendez avant de jeter vos pilules : le risque absolu demeure faible, et les auteurs invitent à comparer les risques et bénéfices avant de commencer ou interrompre un traitement. Le point en cinq questions.

                EST-CE LA PREMIÈRE FOIS QUE DES RISQUES DE CRISE CARDIAQUE SONT SOULEVÉS POUR LES MÉDICAMENTS DE CE TYPE ?

                Non. Plusieurs études avaient pointé les risques d'infarctus du myocarde entraînés par les médicaments appelés « anti-inflammatoires non stéroïdiens ». En 2015, la FDA américaine et Santé Canada ont renforcé les avertissements sur les étiquettes de plusieurs de ces médicaments, incluant l'ibuprofène. Encore le mois dernier, les auteurs d'une étude danoise recommandaient d'éviter le diclofenac (Voltaren, Arthrotec) et de limiter l'ibuprofène à 1200 mg par jour (soit six comprimés d'Advil par jour, la moitié de la dose maximale recommandée au Canada).

                QUELLE EST LA NOUVEAUTÉ DE L'ÉTUDE QUÉBÉCOISE ?



                La première est sa force statistique. Le travail dirigé par Michèle Bally, du Centre de recherche du centre hospitalier de l'Université de Montréal, porte sur près de 500 000 patients, dont 61 000 ont subi un infarctus. Il s'agit d'une méta-analyse qui regroupe les résultats de quatre études menées au Québec, en Saskatchewan, en Finlande et au Royaume-Uni. L'étude permet de mieux comparer les différents médicaments et précise le moment où le risque apparaît. Elle a été menée en collaboration avec des chercheurs du département d'épidémiologie de l'Université McGill.


                DE QUELS MÉDICAMENTS PARLE-T-ON EXACTEMENT ?

                L'étude porte sur le célécoxib (Celebrex et génériques), l'ibuprofène (Advil, Motrin), le diclofenac (Voltaren, Arthrotec), la naproxène (Aleve) et le rofécoxib (Vioxx), qui a été retiré du marché en 2004.

                QUELLES EN SONT LES GRANDES CONCLUSIONS ?

                Les résultats montrent que tous les anti-inflammatoires étudiés font augmenter le risque de crise cardiaque, qu'ils soient consommés pendant une semaine, un mois ou plus d'un mois. Les risques augmentent avec les doses consommées.

                C'est aussi la première fois qu'on montre qu'un risque existe pour des usages très courts, soit de un à sept jours. Les données de l'étude ne permettent cependant pas de déterminer à quelles doses ce risque apparaît pour des usages aussi brefs.

                « Notre recherche vient renforcer l'idée qu'il faut regarder ces différents médicaments sur une même base. Ça vient mettre à mal une perception qui perdure et voulant que la naproxène ait un risque cardiovasculaire plus faible », explique à La Presse Michèle Bally.

                L'étude confirme aussi que le profil de risque du rofécoxib, retiré du marché, est supérieur à ceux des autres anti-inflammatoires non stéroïdiens.

                FAUT-IL JETER SES COMPRIMÉS D'ADVIL, DE MOTRIN, D'ALEVE ET AUTRES CELEBREX ?

                Non. « Il ne faut pas s'affoler, et mettre ça en perspective. Dans ce genre de choses, tout est en nuances », précise Michèle Bally.

                De façon générale, l'équipe québécoise a trouvé que les médicaments étudiés augmentent le risque d'infarctus du myocarde entre 20 et 50 %. À première vue, ça semble énorme. Mais il faut garder en tête que quelqu'un qui a un risque « modéré » d'avoir un infarctus du myocarde a 1 % de probabilités d'en subir un dans la prochaine année.

                « Au lieu d'avoir 1 %, ça devient 1,2 % ou 1,5 %. D'un point de vue individuel, ça reste très faible », dit la professeure Bally, qui souligne que c'est du point de vue de la santé publique qu'il faudra réagir, compte tenu de la popularité des médicaments concernés.

                L'épidémiologiste souligne qu'en pleine crise des opiacés, la pire chose à faire serait de tourner le dos aux anti-inflammatoires pour utiliser des médicaments encore plus risqués. Elle incite les gens à faire évaluer leur santé cardiovasculaire et à discuter avec leur médecin des options qui s'offrent à eux, en considérant toujours les risques et bénéfices des traitements.

                UNE RELATION DE CAUSE À EFFET

                Établir que les gens qui consomment des anti-inflammatoires ont davantage d'infarctus ne suffit pas à conclure que ces médicaments causent un risque. On pourrait plaider, par exemple, que c'est l'inflammation dont souffrent ces gens, et non les médicaments, qui favorise les infarctus. Dans ce cas, cependant, les chercheurs québécois ont des raisons de penser que ce sont bien les médicaments qui causent le problème. La première est que le risque varie selon le type de médicament. L'autre est que d'autres études ont montré que des patients qui ont consommé ce type d'anti-inflammatoire sont plus susceptibles de subir des crises cardiaques que ceux qui ont pris un placebo.

                Comment


                • #53
                  9 habitudes que vous devez prendre avant qu’il ne soit trop tard si vous souhaitez éviter la démence ou l’Alzheimer



                  Tous ceux qui ont un proche qui souffre d’une forme de démence savent très bien à quel point cela peut grandement influer sur l’humeur générale.

                  La forme la plus commune de démence est l’Alzheimer, et malheureusement, il n’existe pas de traitement contre cette maladie.

                  Toutefois, saviez-vous que faire du sport trois fois par semaine réduit les chances de démence d’au moins 70 pour cent ?
                  PARTAGER SUR FACEBOOK PARTAGER SUR TWITTER Haititalkonline !
                  Selon l’association Alzheimer, plus de 5 millions d’Américains vivent en souffrant d’Alzheimer.

                  Alors que certains médicaments peuvent atténuer les symptômes, il faut encore trouver une vraie cure.

                  Voici 9 conseils à appliquer afin de protéger votre cerveau de toute forme de démence :

                  1. Arrêtez la cigarette

                  Fumer nuit à de nombreuses parties de votre corps, incluant votre cerveau. Ces études menées ont démontré que les fumeurs avaient 45 pour cent plus de chances d’avoir l’Alzheimer comparé à un non-fumeur.

                  Voilà encore une autre raison pour vous de stopper la cigarette!

                  2. Augmentez votre consommation de vitamine B12

                  La Vitamine B peut vous protéger contre la démence. Selon une étude faite par des chercheurs d’une institution médicale de renom en Finlande, de forts indicateurs de Vitamine B12 peuvent réduire les risques d’Alzheimer chez les plus âgés.

                  Généralement, un grand nombre de personnes âgées souffrent de carence en vitamine B12 en tant que tel, donc il est encore plus important de considérer une consommation accrue de cette vitamine. De bonnes sources de vitamine B12 sont : les œufs, la viande, le poisson et tous les fruits de mer.

                  3. Soyez plus actifs

                  Essayez de faire du sport régulièrement – cela ne fait pas que pomper votre cœur, cela stimule le sang partout dans votre corps. Pour éviter toute condition chronique, le mieux est de faire du sport soit environ une heure tous les jours.

                  C’est aussi envisageable de garder un œil sur votre tension artérielle en la vérifiant régulièrement. Si vous êtes adulte et avez un fort taux de cholestérol, vous serez automatiquement plus exposé aux risques de démence, selon un des chercheurs de l’institution finlandaise.

                  4. Augmentez votre consommation de Vitamine D

                  Il existe un lien étroit entre un manque de Vitamine D et la démence/ Alzheimer.

                  La chercheuse Miia Kivipelto partage au SVT Suédois : « En 2014, une étude américaine majeure a démontré qu’un sérieux déficit de vitamine D augmentait les risques d’avoir l’Alzheimer d’environ 125 pour cent. Je pense que la vitamine D est l’une des pièces du puzzle les plus importantes afin d’éviter l’Alzheimer. »

                  Donc essayez de rester au soleil autant que possible, et pour les sombres journées d’hiver, peut-être pourriez-vous considérer des suppléments de Vitamine D ?

                  5. Buvez du café

                  Êtes-vous un buveur de café ? Parfait – car cela pourrait protéger votre cerveau.

                  Le café se trouve être un antioxydant très fort avec une forte teneur en magnésium. Cela veut dire qu’il peut réduire les risques d’Alzheimer d’environ 50 pour cent. Une étude faite en Italie en 2015 atteste qu’une tasse de café par jour peut faire toute la différence !

                  6. Protégez votre tête

                  Il y a une corrélation entre le fait de vous cogner la tête assez lourdement et la démence. Une étude faite en Amérique indique qu’un cas de traumatisme cérébral peut occasionner le développement de la maladie d’Alzheimer.

                  Dans ce cas, assurez-vous toujours d’avoir un casque quand vous êtes à moto, quand vous êtes à cheval ou quand vous faites du patinage sur glace ou skiez.

                  7. Réduisez votre consommation d’alcool

                  Le fait de boire trop d’alcool augmente les risques de démence.

                  Bien qu’il existe des études qui indiquent qu’un verre de vin par jour peut réduire les risques d’Alzheimer, une consommation d’alcool excessive peut avoir l’effet inverse.

                  8. Favorisez les calculs mentaux

                  L’esprit devrait être traité comme un muscle; il a besoin d’être maintenu en bonne santé grâce à des « exercices ».

                  Dans ce cas, il est important d’essayer et simuler le cerveau grâce à des activités comme la lecture ou faire les mots croisés. N’hésitez pas à tester de nouvelles choses – car quand vous essayez et vous apprenez quelque chose de nouveau, votre cerveau est calibré pour faire des efforts supplémentaires, qui en retour augmente ses fonctions.

                  Le savoir augmente l’activité cérébrale qui alors booste la mémoire.

                  9. Assurez-vous de vous détendre et de vous reposer!

                  Récemment, des chercheurs n’ont pas cessé de voir un rapport direct entre le stress et la démence. Le stress cependant est quelque chose qui est mesuré différemment d’une personne à l’autre. C’est ce qui fait qu’il est difficile de pouvoir dire si cela affectera le développement d’Alzheimer.

                  Ce que nous savons par contre, c’est que le sommeil est très important pour notre cerveau. Un manque de sommeil peut mener directement à la démence selon le Swedish Stydy, les hommes ayant des troubles du sommeil sont encore plus à risque.

                  Tous ensemble, nous pouvons partager ce savoir et, avec un peu de chance, pourrons convaincre quelqu’un qui nous est cher de changer ses habitudes pour son bien.

                  Aidez en partageant cet article sur

                  !

                  Comment


                  • #54

                    https://goo.gl/9huZ8p

                    ExoMars Rover Will Drill Deep Into Mars to Search for Life

                    Comment

                    Working...
                    X
                    Back to Top