Announcement

Collapse

Disclaimer and code of conduct

Haiti Talk Online is a semi private forum where its members express their personal views.
Haiti Talk Online shall not be responsible or liable for any mistakes, remarks or for any forum threads and forum postings.
Opinions and statements made are strictly that of the members and does not in any way reflect the position of Haiti Talk Online.
We reject all slanderous, defamatory, obscene, violent, abusive, threatening and harassing comments in this forum. We recommend that all users practice basic courtesy and respect opposite view points. Please be advised that this is a semi private forum and it is open as read only to the general public, therefor comments and opinions posted by you may influence others to take actions against you, for which we disclaim all responsibilities and/or liabilities. Thank you for your participation.
Enjoy the forum


Avertissement


Haititalkonline est un forum public ou les opinions, nouvelles et autres contributions sont la seule propriété de leurs émetteurs

suivant la connection qui peut être faite à leur IP. Haititalkonline ne se responsabilise ni se solidarise des opinions, nouvelles

ou autres contributions qui demeurent la propriété de leurs auteurs.
See more
See less

L’étau se resserre autour de Jean Bertrand Aristide concernant les conséquences de son implication éventuelle dans le trafic de la drogue

Collapse
This is a sticky topic.
X
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • L’étau se resserre autour de Jean Bertrand Aristide concernant les conséquences de son implication éventuelle dans le trafic de la drogue

    L’étau se resserre autour de Jean Bertrand Aristide concernant les conséquences de son implication éventuelle dans le trafic de la drogue






    Quatre (4) grands journaux étrangers , le Figaro , Le Monde , Wall Street Journal et Miami Herald, ont publié des articles sur les activités de l’ancien président dans ce domaine. Le journal « Le Monde » annonce la révocation du visa américain de M. Aristide pendant que le Wall Street Journal fait part de l’entrée en scène de la justice des Etats-Unis dans le dossier. Information corroborée par le Miami Herald. Dans un article publié,le vendredi 2 avril 2004,le très puissant Wall Street Journal évoque clairement la possibilité d’une inculpation formelle de l’ancien président Aristide pour trafic de stupéfiants.

    Coïncidence ou non !Le journal Le Monde avait révélé que le visa américain de Jean Bertrand Aristide a été révoqué.

    Des magistrats américains ont confié au Wall Street Journal qu’ils enquêtent très sérieusement sur les accusations relatives aux centaines de millions de dollars qu’aurait reçu Aristide pour permettre aux trafiquants d’introduire la drogue sur le territoire des Etats-Unis.

    Des officiels en Floride et à Washington ont fait savoir au Miami Herald qu’ils enquêtaient sur les informations selon lesquelles l’épouse d’Aristide , Mildred, et ses proches auraient en dépôt environ 250 millions de dollars américains dans des banques européennes.

    Des juges américains notent que le processus d’inculpation pourrait prendre des mois mais ceci a gagné en momentum depuis le départ d’Aristide tout en rappelant qu’au moins un trafiquant a fourni des détails sur l’implication de l’ancien chef d’Etat dans le trafic de la drogue.

    Des agents américains de la DEA évoquent également l’affaire des 350 mille dollars américains découverts par des pillards dans une cache de la résidence privée de Jean Bertrand Aristide à Tabarre.Selon des agents américains interrogés par le Wall Street Journal,cette somme collossale qui était inutilisable pourrait faire partie des opérations de paiement d’Aristide par les narco-trafiquants.

    Les officiels américains précisent que la question des témoins à charge contre Aristide pourrait constituer un obstacle dans le cadre de son éventuelle inculpation.Ils ont toutefois cité le cas du trafiquant Jacques Kétant.Ce dernier a présenté Aristide comme un bébé qui a faim :<>,a confié Jacques Kétant aux juges de Miami,selon son avocat.Jacques Kétant confie avoir rencontré Aristide en 1998 à qui il payait 500 mille dollars américains par mois pour utiliser la route 9 construite par les américains comme piste d’atterrissage pour ses avions qui acheminaient la drogue en Haïti.Jacques Kétant annonce aussi avoir versé des centaines de milliers de dollars au parti ‘’Fanmi Lavalas,à la Fondation Aristide pour la Démocratie’’ et à des hauts gradés de la Police Nationale.

    Dans un article publié,le 28 mars,le quotidien français, Le Figaro, a estimé la fortune personnelle d’Aristide à 800 millions de dollars américains.
    Last edited by Kat; 07-24-2017, 03:23 PM.

  • #2
    Lavalas ne peut pas participer aux élections législatives et municipales de 2014 ni aux élections présidentielles 2015-2016






    Lavalas ne peut pas participer aux élections législatives et municipales de 2014 ni aux elections presidentielles 2015 . Avec un bilan négatif de mauvaise gouvernance, de trafic de drogue et de crimes politiques dont celui de Jean-Dominique (1), tout ce qui reste au parti Fanmi Lavalas est le mythe d’être un parti de masses, fort, bénéficiaire d’un support populaire infaillible.


    Sous peine de démontrer au monde qu’il est sans défense populaire, donc “arretable”, le Président Jean-Bertrand Aristide ne peut pas exposer ce mythe dans des joutes libres qu’il ne contrôle pas totalement, au risque de perdre les prochaines élections législatives et municipales. Son intérêt est dans des élections générales, organisées dans une situation chaotique où la terreur des gangs qu’il contrôle lui garantira le contrôle du CEP et le vote des bidonvilles.

    Fanmi Lavalas n’a aucun intérêt de participer aux prochaines élections
    législatives et municipales ni aux elections presidentielles .
    Last edited by Kat; 07-24-2017, 03:24 PM.

    Comment


    • #3
      Messieurs pa deranje moun pou rien konsa non. Apa se yon paket nouvel ansyen nap voye monte. Bon map tounen andan, voye relem lo gen yon bagay serie ki pase. Men nou pa bezwen met foto Chiyen demer la nan figu moun de byen.

      Anpi tou bagay "la fanmi" sa se mafia li ye. Se pousa li rele tet li konsa. Mafia pa bezwen ofisyelman o pouvwa oken kote poul li sime kaos neseser a survi moveman demoniak ke li ye a. Pou kraze brise (se nan sa you fo) fisikman osnon moraleman yo pa bezwen o pa bezwen gouvene. Men pou vole lajan oficielman oui, pou terorise homdafe oui, pou tuye avoka ak jounalis de byen ki pa achte figi yo oui. Men tout sa map di la yo fel deja san yo pas nan palais.
      Last edited by Bruno Tattaglia; 06-25-2014, 02:41 PM.

      Comment


      • #4
        Haïti - Justice : «Le pouvoir judiciaire vient de donner un signal clair» dixit Ady Jean Gardy
        25/06/2014 12:35:41
        La Fédération de la Presse Haïtienne (FPH) dirigée par l’ex ministre des communications, Ady Jean Gardy a félicité ouvertement la justice haïtienne (sur les ondes de stations de radio de la capitale, de province et de la diaspora), pour l'extradition d'Argentine samedi, de Philippe Markington, accusé d'implication dans le dossier Jean Dominique et Jean Claude Louissaint assassinés le 3 Avril de l'an 2000.

        Selon M. Ady Jean Gardy « le pouvoir judiciaire vient de donner un signal clair dans le cadre des poursuites relatives aux cas d'assassinats de journalistes tel Jean Dominique. Le fait que ce soit des membres de la Brigade d'Intervention et de Recherches (BRI) et de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) qui aient été chercher le fugitif à Buenos Aires pour le ramener en Haiti est « un pas dans la bonne direction » a souligné Ady Jean Gardy, qui en a profité aussi de l'occasion pour féliciter le Premier Ministre Laurent Lamothe, qui n'a soutenu « aucune entrave à la justice ».

        Rappelant l'histoire de cette poursuite contre Philippe Markington, Ady Jean Gardy a indiqué qu'une première enquête judiciaire, le 21 mars 2003, avait abouti à l'inculpation et à l'incarcération de six personnes soit Philippe Markington, Dymsley Milien, Jeudi Jean-Daniel, Ralph Léger, Freud Junior Demarattes et Joseph Ralph. Certains avaient été libérés par la Cour d'Appel le 4 août 2003. Les autres gardés en prison. En février 2005, à la faveur d'une mutinerie suspecte, Markington s’était évadé et réfugié en Argentine.

        Cette année, suite aux dénonciations du Chargé d'Affaires Haïtien en Argentine, le Dr Jean C. Alexandre de passage au Chicago Press Club, en mars 2014, soutenant la demande d'extradition de Philippe Markington formulée par la justice haïtienne et appuyée par le Gouvernement, Markington a organisé une conférence de presse à Buenos Aires, pour protester de son innocence dans l'affaire Dominique.

        Interpol est intervenue en avril 2014 et procédé à l'arrestation de Philippe Makenton. La Inter American Press Association en concertation avec la Fédération des Journalistes d'Argentine et la FPH ont soutenu les démarches pour que la justice se prononce en Haïti une fois pour toute dans l'affaire Dominique, considérant Markington comme l'un des uniques survivants des individus recherchés pour ce crime.

        Sans accuser Markington d'être l'auteur de l'assassinat de feu le Directeur de Radio Haïti, Jean Léopold Dominique, la FPH estime que « maintenant c'est à la justice qui fait comparaitre le prévenu cette semaine, de déterminer si Makenton est innocent ou non dans cet assassinat crapuleux. »

        Comment


        • #5
          Sarrk paserr Philippe Markington yo dirr Aristide voyerr empoisonner ti nonm la 2 fwarr dejarr,ferr ti gasson an ferr la deposition wiii avant yo touyerr li.....

          Comment


          • #6
            On pakèt pale anpil fèt pou ekstrade Markington swa dizan jij bezwen misye pou afè lan mo Jan Dominik la. Ajantinn voye misye tounen bay Ayiti depi plis ke on mwa e pi anyen, nad marinad, jiska prezan jij denstriksyon pa ko janm ka tande misye. Eske gouvenman nan konplo pou pwoteje Aristide tou? Eske gouvenman resevwa lod de patwon li yo pou jij la pa janm enteroje Markington? Eske la jistis sou kontrol lavalas? Se jan de kesyon sa yo ke tout moun ap poze, paske pèsonn pa ka konpwan ki jan fè ke jij la pa ko enteroje prezime asasen sa.

            Comment


            • #7
              Aristide et des proches frappés d’interdiction
              de départ




              Le Nouvelliste | Publié le : 07 août 2014

              L’ancien président Jean-Bertrand Aristide et une trentaine d’autres personnalités, ayant travaillé sous son administration entre 2001 et 2004 sont frappés d’interdiction de départ, selon l'ordonnance du juge d’instruction Lamarre Bélizaire. Contrairement aux informations fournies par une source proche du dossier, cette mesure ne concerne pas l’ancienprésident Aristide qui n’a pas été notifié de la décision du juge, soutient l’un des avocats de l’ancien prêtre.






              Aristide et des proches frappés d’interdiction de départ

              Cette décision a été prise à la suite de l’ouverture d’une enquête pour détournement
              de fonds et blanchiment des avoirs. L’ex-président Jean-Bertrand-Aristide et
              plusieurs cadres de son administration sont frappés d’interdiction de départ,
              confirme une source judiciaire pour corruption et blanchiment des avoirs, conduit
              par le juge instructeur Lamarre Bélizaire. Une liste de 33 personnalités proches du
              secteur lavalas frappées de sanctions circulait depuis jeudi matin. Une deuxième
              ordonnance a été émise et les noms de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, de
              l’ancien Premier ministre Yvon Neptune y sont bien présents, confirme cette source.
              Les personnes visées par l’enquête du juge Bélizaire sont accusées « d’avoir utilisé un
              nom fictif d’une compagnie financée par les fonds du Trésor public aux fins de
              pouvoir blanchir des avoirs provenant du trafic illicite de la drogue à travers la
              Fondation Aristide pour la démocratie », selon l’ordonnance du juge. Quelques-unes
              parmi les personnalités visées dans le cadre de cette enquête devraient comparaitre
              par-devant le juge instructeur Lamarre Bélizaire.

              L’ancien président Aristide, qui jusque-là n’a pas été informé officiellement de la
              décision du juge, n’est pas concerné par l’interdiction de départ. C’est en tout cas ce
              que soutient l’un de ses avocats, Me Mario Joseph. « Le président Aristide n’a reçu
              aucun mandat. Aucune convocation ne lui a été signifiée dans le cadre de cette
              affaire. Ils ont l’habitude d’ébruiter ce genre de chose contre Jean-Bertrand Aristide.
              Mais, jusqu’à date, aucun acte initié ne lui a été adressé sur ce dossier », a déclaré
              l’avocat de l’ex-chef de l’Etat cité par l’agence de presse en ligne Alterpresse.
              Pour Ansyto Félix, membre du comité de communication du Parti Fanmi lavalas, la
              décision du juge Bélizaire fait partie des manoeuvres politiciennes du pouvoir en
              place.

              « Ce sont des actions politiquement motivées », a indiqué Ansyto Félix. Le

              militant lavalas soutient que, par cette procédure intentée contre des proches du
              Parti Fanmi Lavalas, le gouvernement tente de détourner l’attention du grand public
              sur son refus de réaliser de bonnes élections. « C’est l’utilisation de l’appareil
              judiciaire à des fins politique », lance le militant lavalassien qui dénonce
              l'acharnement contre la personne de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide.

              Les noms complets des personnes en question et leurs numéros d’identification
              fiscale sont affichés dans l’ordonnance les interdisant de quitter le pays. « Attendu
              qu’il convient pour le juge instructeur de les empêcher de quitter le territoire
              national, qu’il s’agit d’une mesure conservatoire. Par ces motifs, nous (Lamarre
              Bélizaire) ordonnons le directeur général de l’Immigration et de l’Emigration
              d’interdire les personnes dont les noms suivent de laisser le territoire national par
              voies terrestre, maritime et aérienne, ce jusqu’à nouvel ordre », peut-on lire dans une
              copie de l’ordonnance du juge concernant 33 personnalités influentes du secteur
              lavalassien.

              Sur la liste figurent aussi l’ancienne sénatrice du parti Fanmi Lavalas, Mirlande
              Libérus Pavert, l’ancien directeur général de la Police nationale, sous
              l’administration du président Aristide, Jean Nesly Lucien, et l’ancien responsable de
              sécurité du président Aristide, Oriel Jean. Plusieurs de ces personnes visées par
              l’enquête, dont Toussaint Hilaire et Oriel Jean, ont répondu aux questions du juge
              Bélizaire cette semaine.


              Louis-Joseph Olivier
              ljolivier@lenouvelliste.com

              L'ex-président Jean-Bertrand Aristide
              AFP
              Last edited by Kat; 07-24-2017, 03:32 PM.

              Comment


              • #8


                • Post Reply
                • Search
                • Page of 1

                • Filter



                Share on yahoomailShare on facebookShare on twitterShare on emailMore Sharing Services1



                • Zouke
                  Membre Fondateur / Channel Moderator










                  • Join Date: Dec 2013
                  • Posts: 1042



                  #1
                  Haiti former leader Jean Bertrand Aristide banned from leaving country, investigated for corruption, drug trafficking

                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 10:48 PM[/COLOR]




                  Haiti former leader banned from leaving country, investigated for corruption, drug trafficking

                  Published on August 6, 2014 by Joseph Guyler Delva (author)

                  PORT-AU-PRINCE, Haiti (HCNN) – Haiti’s former president Jean-Bertrand Aristide has been prohibited from leaving the Caribbean country as relevant judicial authorities resumed a criminal inquiry into cases of corruption, misappropriation of public funds and drug trafficking blamed on Aristide during his presidency between 2001 and 2004, HCNN learned on Wednesday.

                  Aristide and several dozen of his former allies have been accused of embezzling hundreds of millions of dollars from the State treasury through his Aristide for Democracy Foundation, other bogus enterprises and organizations, and through a government-controlled bank, The Popular Bank of Haiti (BPH), sources say.

                  31 of his former allies – Mirlande Liberus, Yvon Neptune, Jean Nesly Lucien, Mirlande Liberus, Gustave Faubert, Ginette Ceant, Marie Carmel Latouche, among others – have also been banned from leaving the country, according to a ruling issued by investigating judge Lamarre Belizaire.

                  Immigration officials on Wednesday confirmed the information for HCNN. A first list of 31 people was sent to immigration authorities over the past 48 hours and a shorter list of people banned from traveling, that includes Aristide, was sent on Wednesday.

                  Those suspects and persons of interest have been summoned to appear before judge Belizaire during several hearing sessions scheduled for Thursday and the coming days and weeks, judicial sources told HCNN.

                  Judge Belizaire has refused any comment on the case for "legal and ethical reasons".

                  Efforts to reach Aristide and his political party’s spokesperson for comment Wednesday afternoon were unsuccessful.

                  A new anti-corruption law, -- pushed by Prime minister Laurent Lamothe and solemnly promulgated by president Michel Martelly -- was passed earlier this year to toughen punitive measures against those in the public administration and others found guilty of corrupt practices.
                  However, the current case against against Aristide and allies were initiated in 2005, while Martelly was inaugurated in 2011.





                  Tags: None

                  • Flag
                  • Quote
                  • Like
                    0





                • Tibobo
                  Member










                  • Join Date: Dec 2013
                  • Posts: 139



                  #2
                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 10:52 PM[/COLOR]


                  apali papa mwen te santi bagay sa ta pral rive depi le Aristide te mande la dominikani pou te herberje madanm li ak pitit li pou swa dizan afe lekol pou ti medam li yo.
                  Mete volè dealer drug la amba kod.




                  • Flag
                  • Quote
                  • Comment
                  • Like
                    0





                • tijiss
                  Junior Member










                  • Join Date: Jan 2014
                  • Posts: 126



                  #3
                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 10:54 PM[/COLOR]


                  Ho bondye mwen malad ampil,pa kitem mouri non avan mwen wè kalite kout kod sa ansassen yan pral pran.



                  • Flag
                  • Quote
                  • Comment
                  • Like
                    0





                • Wifout
                  Member










                  • Join Date: Dec 2013
                  • Posts: 77



                  #4
                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 10:59 PM[/COLOR]





                  Tonton Dezirab - Veye Volo




                  • Flag
                  • Quote
                  • Comment
                  • Like
                    0





                • Zouke
                  Membre Fondateur / Channel Moderator










                  • Join Date: Dec 2013
                  • Posts: 1042



                  #5
                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 11:08 PM[/COLOR]


                  koudjay--Gran Manje






                  • Flag
                  • Quote
                  • Comment
                  • Like
                    0





                • Zouke
                  Membre Fondateur / Channel Moderator










                  • Join Date: Dec 2013
                  • Posts: 1042



                  #6
                  [COLOR=#6A6A6A !important]08-06-2014, 11:11 PM[/COLOR]


                  Boukman Eksperyans - Ti Pa Ti Pa -ti chat gwo chat...






                  • Flag
                  • Quote
                  • Comment
                  • Like
                    0
















                Comment


                • #9
                  • Maximo
                    Membre Fondateur/ Administrator










                    • Join Date: Dec 2013
                    • Posts: 1341



                    #7
                    [COLOR=#6A6A6A !important]Yesterday, 12:32 AM[/COLOR]


                    Haïti corruption, trafic de drogue: L'ancien président Aristide interdit de quitter le pays




                    Publié le 6 Août, 2014 dans Joseph Guyler Delva (author)


                    PORT-AU-PRINCE, Haïti (HCNN) - L'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide et plusieurs dizaines de ses anciens alliés sont frappés d'interdiction de quitter ce pays des Caraibes et sont l'objet de graves accusations de corruption, de détournement de fonds publics et de trafic de trafic illicite de stupéfiants entre 2001 et 2004, alors que des mandats de comparution ont été lancés dans le cadre de cette enquête criminelle initiée depuis 2005, a appris HCNN.

                    Près d'une quarantaine de personnes, dont beaucoup d'entre elles liées à la Fondation Aristide pour la Démocratie entre 2001 et 2004, ont été citées à comparaître devant le juge d'instruction Lamarre Bélizaire qui interdit les suspects et les personnes d'intérêt pour l'enquête de voyager à l'étranger, selon des fonctionnaires familiers avec le dossier au bureau de l'immigration.

                    La décision du juge d'interdir ces personnes - dont l'ancien directeur de la Fondation Aristide, Mirlande Liberus Pavert, Yvon Neptune, Jean Nesly Lucien, Gustave Faubert, Marie Carmel Latouche, Jonas Petit - de quitter le pays, a été rendue le 4 Août 2014.

                    "Il est à la fois triste et incroyable de voir combien d'argent Aristide et ses alliés ont volé du trésor public et le système qu'ils ont utilisé pour dilapider ces fonds," a déclaré à la Haitian-Caribbean News Network (HCNN) un enquêteur administratif indépendant, qui a travaillé sur le dossier en 2005 et qui a requis l'anonymat.

                    Plusieurs suspects et personnes d'intérêt pour l'enquête seront entendus jeudi par le juge Bélizaire,tandis que plusieurs autres seront interrogés dans les jours et semaines à venir, a-t-on appris de source judiciaire.

                    D'énormes sommes d'argent extraites du Trésor public ont été détournées à travers la Fondation Aristide pour la Démocratie, des prête-nom et d'autres organisations fictives qui auraient été mises en place par Aristide et ses alliés pour détourner des fonds publics, selon des documents produits par l'Unité de Renseignements Economiques et Financiers (UCREF), et d'autres rapports.

                    "Nous parlons d'énormes, mais de très énormes sommes d'argent transférées à de fausses entreprises commerciales et autres entités pour des services qui n'ont jamais été livrés et aussi d'énormes sommes transférées à des correspondants à l'étranger," a expliqué le chercheur qui a exprimé le choc que lui et certains autres de ses collègues ont ressenti, peu après avoir découvert les faits.

                    "Bien sûr, en tant que professionnels, nous avons fait notre travail avec toute la sérénité nécessaire, mais en tant que citoyens, nous étions tellement choqués de découvrir ce que nous avons découvert", a rapporté l'enquêteur qui a indiqué qu'il avait, dans le passé, une sympathie pour Aristide en raison de l'inspiration et l'espoir qu'il avait créé quand il est arrivé au pouvoir en 1991.

                    Aristide, à travers son secrétariat privé au Palais présidentiel, aurait transféré la plupart des fonds sur des comptes bancaires hébergés à la Banque Populaire Haïtienne (BPH), sous le contrôle de la directrice générale de la banque, Rodnée Deschineau, qui aurait fait des aveux lors d'échanges avec les enquêteurs administratifs.

                    Ensuite, l'argent allait atterrir sur des comptes bancaires de Se pa'n Provisions Alimentaires, Quiskeya Store, une société dénommée VGLS, Socol SA, COCSOBFO, entre autres, tous liés à la Fondation Aristide qui avait également reçu directement des montants importants, selon un rapport administratif officiel.

                    "Je n'ai jamais été impliqué dans la politique partisane, mais quand le président Aristide était arrivé, la premiere fois, au pouvoir, j'étais encore étudiant et je voyais mon image en lui quand je considère d'où il venait pour arriver là où il était," a-t-il déclaré. "Probablement, c'est pourquoi ma surprise fut encore plus grande", a-t-il ajouté.

                    Le juge Belizaire a pris des mesures conservatoires à l'encontre de plusieurs des personnes visées par l'enquête, mais qui ne vivent plus en Haïti. C'est le cas pour Mirlande Libérus Pavert qui vit en Floride.
                    Le Juge Bélizaire a refusé de répondre à des questions ou faire des commentaires sur le dossier pour des "raisons juridiques et éthiques", mais HCNN a confirmé auprès de sources judiciaires que les accusations contre Aristide ont été très bien documentées et que les enquêtes administratives menées depuis 2005 montrent des preuves irréfutables de détournement de fonds publics et de blanchiment d'argent.

                    L'enquête a débuté en 2005, après l'éviction, en février 2004, d'Aristide qui a pris fonction en 2001 pour un second mandat présidentiel de cinq ans, après avoir servi comme président en 1991 pour être renversé le 30 Septembre, qui avait marqué son 7e mois au pouvoir.

                    Une nouvelle loi anti-corruption, portée par le Premier ministre Laurent Lamothe et promulguée de manière solennelle par le président Michel Martelly, a été adoptée plus tôt cette année pour renforcer les mesures punitives contre les personnes reconnues coupables de pratiques de corruption.

                    josephguylerdelva@gmail.com




                    • Flag
                    • Quote
                    • Comment
                    • Like
                      0





                  • Rezondeta
                    Member










                    • Join Date: Dec 2013
                    • Posts: 210



                    #8
                    [COLOR=#6A6A6A !important]Yesterday, 01:03 AM[/COLOR]


                    Wifout, ou kwe ap gin ase kod pou mare gason, konbiyen pwizon gouvennman sa gintan bati la, afe 31 moun selman c jwet. Nap siv koudi Pe-Thomas, si lajistis pa fe lache.



                    • Flag
                    • Quote
                    • Comment
                    • Like
                      0





                  • Bakoulou
                    Member










                    • Join Date: Dec 2013
                    • Posts: 330



                    #9
                    [COLOR=#6A6A6A !important]Yesterday, 03:14 PM[/COLOR]



                    Hey hey,alarr de salmanazarrr paparr,juj sarr fou ou kissarrr,interdiction de depart nerrg la pakarr kiterr le devanrr de son barriere depirr 3 zanrr se pour le tribinal selmanrr li te meterr le pwent pied deyorr,juj la fou ou kissarrr si wap foukerr foukerr malveyanrr .





                  Comment


                  • #10
                    C pa ti plenyen non vole lavalas a fanatik li yo apre yo devwale tout sa lavas vole lan 20 tan rejim,bon mezanmi c nomarl pou yo vole tout kob sa apre 20 tan sa nou we yo fe pou payi a,gade sa Martelly fe en 3 zan na kompare yo,si c Martelly ki te fe 20 tan sa dim koman payi ya tap ye,depi le sa ti Jawel ak neg ki kenyen foli afriken a se pa de te vevenn non yo bwe,ya sispan rele moun kap by yo manje kolon,sa nou kompran lan bann betize sayo neg yo sou do chwal la epi yap rele yo kolon,se en afrik pou yo te ale lan nigeria kote depi ou gade yun moun mal tet ou deja ap roule a te ya,se yun bann ti radote salon yo ye ki moun ki pou pran yo au serye.
                    Kou a boule li fe mal,sak te voye Aristide ale vole lajan pep la.
                    Last edited by Zouke; 08-09-2014, 12:17 AM.

                    Comment


                    • #11
                      Li te lè li te tan pou yo mete anakopopilis Jean Berrand Aristide nan cho. Chèf lavalas la piye peyi a, se sa ki lakoz peyi a nan eta sa, si se pat gouvènman Martelly / Lamothe la, peyi sa nou tap konjige l nan tan pase.
                      Se pa de lajan Aristide pran nan kès leta, se pa de gwo dilè dwòg li te gen akò ak yo. Aristid te fasilite dwòg antre nan peyi a, nan mannyè pou l te bay dilè yo gwo presyon pou ba li lajan. Nou tout sonje istwa Jacque Ketan.
                      Aristid dechèpiye TELECO, li revoke teknisyen pou l mete chimè travay ladan l. Aristide pran kòb leta pou achte zam mete nan men jèn ki nan katye popilè yo. Chèf pè lebren an fè site solèy, bèlè, gran ravin tounen zòn kote bandi san fwa ni lwa rete.
                      Fòk Aristide jije pou tout zak malonèt li fè pep ayisyen an, li te lè li te tan pou desizyon sa te pran.
                      Last edited by Maximo; 08-10-2014, 10:45 PM.

                      Comment


                      • #12
                        Cinq mandats d’amener émis dans l’affaire de corruption impliquant Aristide


                        PORT-AU-PRINCE, Haïti(HCNN) – Le juge haïtien, qui mène l’enquête sur les actes de corruption reprochés à l’ancien président d’Haïti, Jean-Bertrand Aristide, a émis vendredi 5 mandats d’amener contre des suspects qui n’ont pas réussi à se conformer à un mandat de comparution qui leur a été adressé, il y a quelques jours, pour qu’ils comparaissent au cabinet d’instruction pour interrogatoire.
                        Des sources proches du dossier a indiqué à HCNN que le juge Lamarre Bélizaire a ordonné vendredi que Mirlande Libérus, Gustave Faubert, Rodnée Deschineau, Jean-Robert Esther et Max Buteau soient arrêtés et amenés devant lui, alors qu’il procède à une série d’auditions d’anciens alliés de l’ex -président Aristide qui seraient impliqués dans la corruption, le blanchiment d’argent de la drogue, le détournement de fonds publics, entre autres accusations.
                        Un employé, au Palais de Justice, qui a vu les mandats, a dit qu’il était au courant des démarches du juge, en fin d’après de vendredi, pour faire parvenir les mandats d’amener au Chef de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).
                        “J’ai personnellement, vu les mandats émis à l’encontre de ces cinq personnes et je sais que le juge essayait de contacter la DCPJ pour que la police puisse entrer en possession de ses mandats,” a déclaré à HCNN un employé judiciaire qui parlait sous couvert d’anonymat.
                        Mirlande Liberus était directrice de la Fondation Aristide pour la Démocratie et avait la réputation d’être le bras droit d’Aristide, Gustave Faubert était ministre des Finances sous Aristide, tandis que Jean-Robert Esther était un influent Inspecteur Général de la police haitienne, et Rodnée Deschineau ancienne Directrice-générale de la Banque populaire haïtienne (BPH), à travers laquelle la plupart des transactions frauduleuses avaient été réalisées.
                        Le 5e suspect, Max Buteau, lui, aurait reçu d’importantes sommes d’argent à travers le système mis en place par l’administration Aristide pour détourner des fonds publics, selon les enquêteurs administratifs..
                        Cependant, il n’est pas évident que tous les suspects poursuivis vivent actuellement en Haiti. On sait, par exemple, que Liberus vit depuis plusieurs années en Floride, aux Etats-Unis.
                        Le Juge Bélizaire a interdit cette semaine l’ancien président Aristide et 34 autres anciens alliés de quitter le territoire de ce pays des Caraïbes.
                        Des centaines de millions de dollars auraient été détournés sous le gouvernement d’Aristide de 2001 à 2004, toujours selon des rapports administratifs officiels.
                        Aristide a été chassé du pouvoir, en février 2004, par une rébellion sanglante menée par l’ancien officier de l’armée et ex-commissaire de police, Guy Philippe, et dans un contexte de soulèvement populaire qui allait grandissant.
                        Aristide a été exilé en République centrafricaine, puis en Afrique du Sud où il a passé environ sept ans, avant de retourner à Haïti en 2011, sous la présidence de René Préval.
                        L’enquête criminelle sur l’administration d’Aristide a été lancée en 2005 sous le gouvernement intérimaire, dirigé par le président Boniface Alexandre et le Premier ministre Gérard Latortue.

                        Comment


                        • #13
                          Rèl kay makorel, la Jistis ap jije lavalas


                          Jistis ak transparans!!! Kiyès ki pa sonje jan gouvènman lavalas ak lidè yo Jean Bertrand Aristide te konn sèvi ak eslogan sa yo Moun ki te kwè yo desi anpil. Jistis ak transparans, pou lavalas,se dwa pou volè,se dwa pou touye moun,se dwa pou boule zafè moun,se dwa pou menase.
                          La jistis konn mache dousman,la jistis pa konn anreta, men lap rive kanmenm. Jodia,li frape pòt Jean Bertrand Aristide ak trantwa (33) gwo zotobre lavalas plis asosye granmanjè ki gen dwat yo tranpe nan piye epi detounen lajan leta,fè trafik dwòg.
                          Rèl ka makorèl !!!
                          Jij Lamarre Belizaire voye papye tenbre bay 33 chabrak lavalas pou zak kriminel yo fè pandan lane 2001 a 2004.
                          Mesye yo sezi,yo pantan.
                          Vol,detounman lajan leta ki fèt chak jou sou ladministrasyon lavalas Aristide.
                          Enstitisyon yo rele Teleko ,ladann,ministè finans ,planifikasyon,se te chwal papa. Kanta sa yo rele sosyete pou transfè lajan,nimewo kont zombi pou kache dola,se plop plop pouse tankou dyondyon .
                          Se yomenm,dirijan lavalas yo kap mande jistis ak transparans,se yo demagog sa yo ki tap souse tankou sansi san pèp la.
                          Lavalas,pandan ven lane tap domine poplitik peyi a,yo pa realize anyen pou pèp la.
                          Sou lavalas se te Mizè,dezôd,frim,kidnaping enstabilite ,se sa anako popilis chef pè lebrun jean Bertrand Aristide te pote.
                          Pèp la pap tounen dèyè. Li mande jistis,li vle transparans.
                          Lè a rive pou lavalas reponn devan la jistis pou tout krim li fè yo.Ke yo pran avoka yo.
                          Yo gen dwa sa a.
                          Gouvènman Martelly-lamothe se gouvènman demokratik,yo respekte dwa konstitisyonel tout ayisyen.
                          Yo pa sèvi ak pè lebrun tankou anako popilis Jean Bertrand Aristide.
                          Gouvenman Martelly Lamothe respekte lendepandans la jistis.yo pa sèvi ak chimè.
                          Pa gen sitwayen ki dwe an lè lajistis. Lalwa ,lajistis ap vanse nan ankèt ak entewogasyon pou prèv krim ak vôl ki komèt nan lane 2001 a 2004.
                          Pèp ayisyen konprann. Li mande jistis ak transparans pou lajan travay swè li sispann anrichi granmanjè lavalas.


                          Comment


                          • #14
                            Daprerr sarrk tomberr la Aristide genyenrr le statirr d'inkilpe wii,yap tann misyerr demenrr devanrr le jij dintriksyon paparr,genlerr pral genyen yun kourirrr wiii.

                            Comment


                            • #15
                              Bon c demen mwen pral konnen si gouverneman tet-kale ya gwo neg vre depi yo tou minote misye payi a ap chanje vre.

                              Comment

                              Working...
                              X
                              Back to Top