Announcement

Collapse

Disclaimer and code of conduct

Haiti Talk Online is a semi private forum where its members express their personal views.
Haiti Talk Online shall not be responsible or liable for any mistakes, remarks or for any forum threads and forum postings.
Opinions and statements made are strictly that of the members and does not in any way reflect the position of Haiti Talk Online.
We reject all slanderous, defamatory, obscene, violent, abusive, threatening and harassing comments in this forum. We recommend that all users practice basic courtesy and respect opposite view points. Please be advised that this is a semi private forum and it is open as read only to the general public, therefor comments and opinions posted by you may influence others to take actions against you, for which we disclaim all responsibilities and/or liabilities. Thank you for your participation.
Enjoy the forum


Avertissement


Haititalkonline est un forum public ou les opinions, nouvelles et autres contributions sont la seule propriété de leurs émetteurs

suivant la connection qui peut être faite à leur IP. Haititalkonline ne se responsabilise ni se solidarise des opinions, nouvelles

ou autres contributions qui demeurent la propriété de leurs auteurs.
See more
See less

Jovenel Moise sur les rails de l’instabilité et le vide institutionnel.

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Jovenel Moise sur les rails de l’instabilité et le vide institutionnel.

    Jovenel Moise sur les rails de l’instabilité et le vide institutionnel.




    La haine de Jovenel Moise a l’égard de l’ancien Président provisoire Jocelerme Privert est connue de tous, puisque publiquement exprimée. En effet, Monsieur Privert est constamment accusé par le nouveau Président d’êtrel’instigateur de l’enquête pour blanchiment des avoirs diligentée contre lui par l’Unité Centrale de Renseignement Financier (UCREF) et responsable de l’arrestation suivie de la déportation vers les Etats-Unis de Monsieur Guy Philippe pour trafic de drogue. Cette haine est rentrée cette semaine dans une nouvelle phase.

    L’attaque directe.

    En effet, le Secrétariat Général du Conseil des Ministres a, dans un communiqué rendu public cette semaine, annoncé à la nation l’adoption à la date du 12 juillet d’un ensemble des projets de loi et d’Arrêtés. Le point 3 dudit communiqué réfère à un Arrêté pour le moins surprenant. Celui-ci en effet, traite des points 2 et 3 de celui du 23 septembre 2015 relatif aux privilèges octroyés aux anciens chefs d’Etat et de Gouvernement. La nouvelle administration, en décidant à travers cet arrêté scélérat que ces privilèges ne sont réservés exclusivement qu’aux Chefs d’Etat élus au suffrage universel, tente maladroitement, de signifier que Jocelerme Privert n’a pas droit aux moyens de transport adéquats et aux services de sécurité, a la pension spéciale octroyés aux anciens chefs d’Etat prévus par la législation traitant de la question. Tous les anciens chefs d’Etat, élus au suffrage universel ou désignés d’office pour combler le vide présidentiel, ont eu à jouir pleinement de ces privilèges.Qu’est-ce qui peut motiver Monsieur Moise aujourd’hui, à prendre cette décision, si ce n’est de la persécution politique.
    L’ancien Président provisoire Jocelerme Privert est considéré par la nouvelle équipe comme une bête noire, une brebis galeuse et un homme à abattre. Le Président Jovenel Moise ne jure que par sa haine, son animosité et son désir de vengeance à l'égard de son prédécesseur. Les déclarations mensongères, les menaces et les campagnes de diabolisation orchestrées par lui-même et les membres de son gouvernement contre l'administration Privert/Jean-Charles sont la pour en témoigner. D’ailleurs il a eu, en diverses occasions, à en faire l’annonce a des parlementaires.

    La vie de l’ex-Président, de sa famille et de ses proches sont en grand danger. Jovenel Moise et ses proches collaborateurs, a force d’en vouloir à Jocelerme Privert, s’enfonce dans le harcèlement, la violation des droits, la persécution politique, l'arbitraire et l'illégalité. Les artifices et arguties évoqués ne tiennent pas. Les Présidences provisoires, à part, les situations de coup d’Etat, sont dûment prévues par la Constitution. L’article 149 de la version originale et les articles 148 et 149 de la version amendée règlent les modalités de combler le cas échéant. Jocelerme n’a pas fait de coup d’Etat. Il est un Président Constitutionnel, élu au suffrage universel par les élus du peuple dans l’exercice de leur souveraineté. Il jouit, en conséquence, constitutionnellement et légalement, de toutes les prérogatives reconnues et attachées à la fonction. Aucun arrêté,qui ne peut rétroagir, ne saurait ravir à Jocelerme Privert les prérogatives et privilèges dont il a droit, comme ancien Président Constitutionnel.
    Qu’est-ce qui se trame à travers cet arrêté et quel est le plan de Monsieur Moise? Il s’agit de toute évidence d’une mise en place pour un assassinat programmé. L’opinion publique nationale et internationale est informée et alertée. La vie de l’ancien Président Jocelerme Privert, qui a organisé des élections crédibles, honnêtes, démocratiques et transparentes, et qui ont permis à Monsieur Moise d’assurer,aujourd’hui, la Présidence de la République, est menacée. Jovenel Moise est le premier et seul responsable de tout ce qui peut arriver à Jocelerme Privert, sa famille et ses proches.

    Par delà cet objectif malsain que médite Monsieur Moise et ses affidés, il est aussi claire qu’il représente une menace certaine pour la stabilité politique, la paix sociale et la bonne marche des institutions républicaines.
    Monsieur Moise, en cherchant à tout bout de champs, a questionner la légitimité de l’ancien Président Jocelerme Privert et a contester les actes qu’il a posés, sème les germes de l’instabilité politique et du vide institutionnel, met en péril l'institution parlementaire et compromet sa propre présidence.C’est l’occasion de rappeler que l’arrêté portant la formation du Conseil Electoral Provisoire, ceux convoquant le peuple en ses comices, lesquels ont abouti à l’élection de Monsieur Moise comme Président et d’un grand nombre de parlementaires portent tous la signature de Jocelerme Privert ,Président provisoire. Toute remise en question de la légitimité de Jocelerme Privert, des actes posés, des prérogatives, droits et privilèges attachés, est une remise en question de la compétence du parlement à élire le Président provisoire telle que prescrite à l’article 98-2 de la Constitution. Bien plus, elle hypothèque automatiquement les mandats des élus et l’avenir du Parlement. Les parlementaires se doivent de prendre cette question très au sérieux. "Chimen bouton se chimen maleng ".

    Jovenel Moise, empêtré dans un scandale de blanchiment d’argent, de nominations à des fins douteuses dans les institutions publiques, d’implication honteuse dans les activités des réseaux mafieux de criminels et de trafiquant de drogues, de corruption et de gaspillage de fonds publics, veut a tout prix provoquer un chambardement général dans le pays. Il cherche, à tout prix, un prétexte pour cacher son incompétence et son impréparation à la gestion des affaires de l’Etat et son incapacité à matérialiser ses promesses de campagne. Le risque de voir resurgir le spectre de Président contesté, de Sénateurs et Députés contestes n’est pas à écarter avec ces décisions intempestives et irréfléchies. La légitimité constitutionnelle de Jocelerme Privert élu, au suffrage universel par l’Assemblée nationale, Président provisoire de la République et déjà détenteur d’une légitimité populaire, a travers son élection comme Sénateur de la République, est la seule garantie de celle de Jovenel Moise et du fonctionnement du Parlement.


    Jean -Valentz Francisque
    Doctorant en Sciences Po.
    francisquev18@hotmail.com
    Port-au-Prince, le 15 juillet 2017
Working...
X
Back to Top