Announcement

Collapse
No announcement yet.

La diaspora haïtienne au Chili, 2e plus grand fournisseur de transferts après celle des États-Unis

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La diaspora haïtienne au Chili, 2e plus grand fournisseur de transferts après celle des États-Unis

    Pour le mois de mai de l'année 2016, les migrants haïtiens vivant au Chili ont envoyé à leurs proches en Haïti des transferts de l'ordre de 7,5 millions de dollars américains. Ce qui fait du Chili désormais la deuxième principale source d’envois de fonds vers Haïti en mai 2016, après les États-Unis qui, eux, ont atteint 126 millions de dollars. En troisième et quatrième position, on retrouve le Canada et la France qui ont tous deux contribué à hauteur de 7,42 millions, suivis de la République dominicaine et du Brésil qui ont contribué respectivement à hauteur de 5,5 millions et 4,8 millions de dollars sur la même période. Y a-t-il lieu de dire que les Haïtiens au Chili, moins nombreux d’ailleurs, sont plus généreux que ceux qui vivent au Canada, en France ou en République dominicaine ? Peut-être faut-il chercher la cause ailleurs. À noter que le flux de 7,5 millions de dollars de transferts en provenance du Chili enregistré uniquement pour le mois de mai 2016 est supérieur au total des envois de fonds en provenance de ce pays sur les douze mois de l’année 2015. 2016 a été une année exceptionnelle marquant le début d’une nouvelle configuration au niveau du marché des transferts d’argent en Haïti. Au total, les immigrants haïtiens au Chili ont envoyé 36 millions de dollars en 2016, soit une augmentation de 386,48% par rapport aux 7,4 millions de l'année précédente. En ce qui a trait aux sorties de fonds, le Chili est le troisième pays récepteur des transferts en provenance d’Haïti avec 2,04 millions de dollars en mai 2016 après les Etats-Unis (12.46 millions) et la République dominicaine (3.75 millions). Bref ! En si peu de temps, Haïti est donc devenue la cinquième plus importante destination du monde des envois de fonds partant du Chili avec une part de 5,9%, devant des pays comme la République dominicaine (4,9%), États-Unis (4,5%) et l'Équateur (4,2%). À rappeler qu’en 2015, Haïti n’a été que dixième dans ce classement. Les données ont complètement changé depuis le déplacement massif des Haïtiens vers le Chili. La banque centrale chilienne estime en effet qu’environ 300 Haïtiens débarquent au Chili chaque jour, ce qui donnerait un total de près de 110 000 seulement en 2016. À noter qu’en 2006, selon les statistiques migratoires du Departamento de Extranjería y Migración du Chili, le nombre d’entrées d’Haïtiens au Chili était seulement de 56. Ce chiffre est passé de 113 en 2007 à 304 en 2009 et 917 en 2011. Jusqu’en 2013, le nombre d’Haïtiens arrivés au Chili était de 2577. Aujourd’hui, la croissance est exponentielle. À ce rythme de 300 arrivées par jour, on risque d’avoir un total supérieur à 200 000 migrants haïtiens au Chili à la fin de l’année. On se rappelle qu’entre 2011 et 2014, la destination de choix était le Brésil pour les Haïtiens en quête de mieux-être. À cette époque, les préparatifs pour la Coupe du monde de football en termes de construction d’infrastructures offraient d’énormes opportunités d'emploi. En plus, l’économie brésilienne était plutôt stable. Depuis plus de deux ans, la crise politique, sociale et économique qui ravage ce géant latino-américain pousse nos compatriotes à revoir leurs plans. Le Chili, l’une des économies les plus stables en Amérique latine, ayant l’un des meilleurs niveaux de vie de la zone est sans contexte la meilleure option pour les Haïtiens. Ici, nous parlons du Chili comme étant la 38e économie mondiale avec un PIB supérieur à 400 milliards de dollars américains pour un revenu par habitant en PPA supérieur à 23 000 dollars américains et un taux de chômage autour de 6%. En attendant la relance économique en Haïti , une gouvernance plus intelligente et des emplois massifs que nous attendons tous, l’option pour ces Haïtiens d’aller s’établir là-bas est tout à fait logique. Ces milliers de personnes non seulement s’assurent de leur survie au Chili mais aussi prennent soin de leurs proches restés en Haïti avec ces flux de transferts d’argent qui ont été multipliés presque par cinq en seulement un an. Si l’économie du Chili devenait en crise ou saturée par rapport à la demande de main-d’œuvre de migrants, il faudrait encore trouver un autre endroit pour accueillir nos frères et sœurs qui n’ont plus d’espoir qu’Haïti pourra être différent un jour. Aux autorités de prouver le contraire et de rendre Haïti un pays accueillant, attractif et vivable pour ses propres fils et filles.La diaspora haïtienne au Chili, 2e plus grand fournisseur de transferts après celle des États-Unis Publié le 2017-07-04 | Le Nouvelliste Economie - Pour le mois de mai de l'année 2016, les migrants haïtiens vivant au Chili ont envoyé à leurs proches en Haïti des transferts de l'ordre de 7,5 millions de dollars américains. Ce qui fait du Chili désormais la deuxième principale source d’envois de fonds vers Haïti en mai 2016, après les États-Unis qui, eux, ont atteint 126 millions de dollars. En troisième et quatrième position, on retrouve le Canada et la France qui ont tous deux contribué à hauteur de 7,42 millions, suivis de la République dominicaine et du Brésil qui ont contribué respectivement à hauteur de 5,5 millions et 4,8 millions de dollars sur la même période. Y a-t-il lieu de dire que les Haïtiens au Chili, moins nombreux d’ailleurs, sont plus généreux que ceux qui vivent au Canada, en France ou en République dominicaine ? Peut-être faut-il chercher la cause ailleurs. À noter que le flux de 7,5 millions de dollars de transferts en provenance du Chili enregistré uniquement pour le mois de mai 2016 est supérieur au total des envois de fonds en provenance de ce pays sur les douze mois de l’année 2015. 2016 a été une année exceptionnelle marquant le début d’une nouvelle configuration au niveau du marché des transferts d’argent en Haïti. Au total, les immigrants haïtiens au Chili ont envoyé 36 millions de dollars en 2016, soit une augmentation de 386,48% par rapport aux 7,4 millions de l'année précédente. En ce qui a trait aux sorties de fonds, le Chili est le troisième pays récepteur des transferts en provenance d’Haïti avec 2,04 millions de dollars en mai 2016 après les Etats-Unis (12.46 millions) et la République dominicaine (3.75 millions). Bref ! En si peu de temps, Haïti est donc devenue la cinquième plus importante destination du monde des envois de fonds partant du Chili avec une part de 5,9%, devant des pays comme la République dominicaine (4,9%), États-Unis (4,5%) et l'Équateur (4,2%). À rappeler qu’en 2015, Haïti n’a été que dixième dans ce classement. Les données ont complètement changé depuis le déplacement massif des Haïtiens vers le Chili. La banque centrale chilienne estime en effet qu’environ 300 Haïtiens débarquent au Chili chaque jour, ce qui donnerait un total de près de 110 000 seulement en 2016. À noter qu’en 2006, selon les statistiques migratoires du Departamento de Extranjería y Migración du Chili, le nombre d’entrées d’Haïtiens au Chili était seulement de 56. Ce chiffre est passé de 113 en 2007 à 304 en 2009 et 917 en 2011. Jusqu’en 2013, le nombre d’Haïtiens arrivés au Chili était de 2577. Aujourd’hui, la croissance est exponentielle. À ce rythme de 300 arrivées par jour, on risque d’avoir un total supérieur à 200 000 migrants haïtiens au Chili à la fin de l’année. On se rappelle qu’entre 2011 et 2014, la destination de choix était le Brésil pour les Haïtiens en quête de mieux-être. À cette époque, les préparatifs pour la Coupe du monde de football en termes de construction d’infrastructures offraient d’énormes opportunités d'emploi. En plus, l’économie brésilienne était plutôt stable. Depuis plus de deux ans, la crise politique, sociale et économique qui ravage ce géant latino-américain pousse nos compatriotes à revoir leurs plans. Le Chili, l’une des économies les plus stables en Amérique latine, ayant l’un des meilleurs niveaux de vie de la zone est sans contexte la meilleure option pour les Haïtiens. Ici, nous parlons du Chili comme étant la 38e économie mondiale avec un PIB supérieur à 400 milliards de dollars américains pour un revenu par habitant en PPA supérieur à 23 000 dollars américains et un taux de chômage autour de 6%. En attendant la relance économique en Haïti , une gouvernance plus intelligente et des emplois massifs que nous attendons tous, l’option pour ces Haïtiens d’aller s’établir là-bas est tout à fait logique. Ces milliers de personnes non seulement s’assurent de leur survie au Chili mais aussi prennent soin de leurs proches restés en Haïti avec ces flux de transferts d’argent qui ont été multipliés presque par cinq en seulement un an. Si l’économie du Chili devenait en crise ou saturée par rapport à la demande de main-d’œuvre de migrants, il faudrait encore trouver un autre endroit pour accueillir nos frères et sœurs qui n’ont plus d’espoir qu’Haïti pourra être différent un jour. Aux autorités de prouver le contraire et de rendre Haïti un pays accueillant, attractif et vivable pour ses propres fils et filles.
Working...
X
Back to Top