Kim Jong-un veut «faire payer» Donald Trump pour son discours à l'ONU

Le dictateur nord-coréen menace les États-Unis de «contre-mesures radicales» tandis que son ministre des Affaires étrangères évoque la possibilité d'un prochain essai nucléaire dans le Pacifique.Ô

Nouvel épisode dans la série d'échanges fleuris entre le président américain et le dictateur nord-coréen. Pour Kim Jong-un, Donald Trump ne serait qu'un «radoteur mentalement déséquilibré» auquel il promet de «faire payer» son discours musclé à l'ONU au cours duquel le président américain avait menacé de rayer la Corée du Nord de la carte.

» Lire aussi - Les étapes de la montée en puissance du programme nucléaire nord-coréen

«Ses remarques [...] m'ont convaincu, plutôt que de m'effrayer ou de m'arrêter, que la voie que j'ai choisie est correcte et que c'est celle que je dois suivre jusqu'au bout, a-t-il expliqué dans une rare déclaration publique diffusée par les médias officiels. Et de se livrer lui aussi à une petite série de noms d'oiseau, qualifiant Donald Trump de «radoteur américain mentalement déséquilibré» ou encore de «voyou et gangster qui aime jouer avec le feu, plutôt qu'un dirigeant politique».
«Détruire totalement la Corée du Nord»










À la tribune des Nations-Unies, Donald Trump avait prononcé mardi un discours aux accents particulièrement belliqueux à l'encontre du «royaume ermite». «Si nous sommes forcés de nous défendre, ou de défendre nos alliés, nous n'aurons pas d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord», avait asséné le locataire de la Maison-Blanche, dénonçant le fait que Pyongyang a «affamé son peuple et opprimé des millions de personnes». Et d'ajouter: «Il est temps que toutes les nations du monde travaillent ensemble pour isoler le régime de Kim», qu'il s'était permis de surnommer au passage «Rocket Man».

» Lire aussi - Le lexique de la crise nucléaire nord-coréenne

Depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-un en 2011, la Corée du Nord a procédé à des dizaines de tirs expérimentaux de missiles et à quatre essais nucléaires souterrains, le dernier en date le 3 septembre dernier. Les deux derniers missiles lancés par Pyongyang ont survolé le Japon, signe de l'avancement du projet de missiles de longue portée du régime, qui entend les équiper de têtes nucléaires afin de menacer les États-Unis.
Nouvel essai nucléaire

Kim Jong-un a promis en outre des «contre-mesures radicales». Elles pourraient prendre la forme d'un nouvel essai nucléaire. Le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord a expliqué que son pays pourrait envisager l'essai «d'une bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique», c'est-à-dire en dehors du territoire de la dictature stalinienne.

Réagissant aux dernières déclarations nord-coréennes, Donald Trump a publié un tweet qui ne contribuera sans doute pas à la désescalade: